Le monde à l’envers

Après l’exposition « Femme aujourd’hui », le Collectif « Tête-bêche » participe au Parcours d’artistes d’Etterbeek en 2014 avec comme sujet « Le Monde à l’envers » qui correspond bien à notre vision du monde. En effet, nos sociétés semblent avoir perdu tout repère : les riches deviennent de plus en plus riches, les autres ont tendance à s’appauvrir. Les normes éthiques essentielles à la définition de notre ordre social,  ont-elles disparues? Les femmes et les hommes qui devraient être au centre de nos sociétés, semblent s’en éloigner progressivement, peut-être sont ils même en train d’en sortir….

Dans cette perception intentionnellement large et vague, chacun de nous va essayer de présenter par des photos (quelques exemples donnent une première impression) idée sa vision du « Monde à l’envers ».

 


Sabrina

vignette-monde-sabrina
voir-la-galerie

 

Avec le projet du monde à l’envers, elle souhaite s’interroger sur la société actuelle. Notre société deviendrait-elle plus individualiste? A l’heure de l’hyper communication et des réseaux sociaux, qu’en est-il de nos échanges réels, du lien social entre les hommes et les femmes, de notre interaction avec l’autre? Sommes nous vraiment devenus plus indifférents aux autres ? Pour tenter de répondre à ces questions, j’ai pris le parti d’observer la société à travers le prisme d’une place extrêmement fréquentée de la ville. Un fourmillement incessant, des allers et venues permanents, des hommes et des femmes vont et viennent, des parcours qui se croisent et, ici et là, comme perdus, hors du temps, certains semblent seuls au monde, comme déconnectés de tout.

Sabrina Fofana
Contact: tetebeche@tetebeche.eu


Virginie (Tumbisha)

vignette-monde-virginie
voir-la-galerie

 

« Monde à l’envers » ou « Tant de pause »

Donner à voir ce qu’il y a entre Ma Réalité et Mon Imaginaire.

A travers mes clichés, laisser transparaître la confusion ?

Il n’est pas question de condamner mais d’offrir un regard de citoyenne sensible au développement rapide de nos villes.

Et si nous prenions le temps, à la croisée des chemins de regarder d’où nous venons, où nous sommes et où nous allons.

Et si nous prenions le temps de nous remettre en question ?

Virginie De Man
Contact: tetebeche@tetebeche.eu


Hilda

vignette-monde-hilda
voir-la-galerie

 

Nous les êtres vivants, nous sommes tous sur l’autoroute de l’existence avec…une seule vie à vivre. Pour certains, parfois elle passe très vite, trop vite…on est là, on est encore là…et hop…on est mort et on est mis de côté: poids mort.
Poids mort d’animaux qui nous regardent d’en bas.

Hilda Strandvik
Contact: tetebeche@tetebeche.eu


Philippe

vignette-monde-philippe
voir-la-galerie

 

« Recyclage : entre écologie, art de la rue et salaires d’appoint pour les plus pauvres ».

Philippe Warnier
Contact: tetebeche@tetebeche.eu


Peter

vignette-monde-peter
voir-la-galerie

 

Comment traduire cette idée du « Monde à l’envers » en termes photographiques ?

Des éléments de réponse à cette interrogation peuvent venir de photos, sur lesquelles à première vue le monde parait à l’endroit, alors qu’il ne l’est pas. Les éléments rassurants que nous croyons voir, sont probablement plus fragiles et incertains qu’il n’y parait. Au fur et à mesure que le doute s’installe, une question simpose: « Est-ce que nous allons dans le mur ? »
Une telle série de photos peut-elle clarifier le propos ? La réponse appartient au spectateur.

Peter Zangl
Contact: tetebeche@tetebeche.eu